bg_head_tableronde

Table ronde

Génocides : détruire la culture, reconstruire l’identité ?

Temps fort de la journée, les conférences et débats offrent une dimension pédagogique et citoyenne à Amnésie Internationale. Depuis 2001, différents thèmes, du négationnisme au travail de mémoire, de la question de la responsabilité des Etats à la mobilisation des citoyens,  ont permis de réunir universitaires, avocats, historiens et témoins pour des discussions approfondies et riches en enseignements.

Pour cette nouvelle édition, les regards seront tournés vers la question de la destruction culturelle dans le processus génocidaire, qui prend une résonance très actuelle au vu de l’actualité. Comment symbolise-t-elle la perte identitaire ? Quelles implications a-t-elle au regard des réclamations des peuples génocidés ?  Comment reconstruire une identité presque détruite ? Autant de pistes de réflexions qu’il nous faudra exploiter…

Avec la présence de :

dickran

Dickran Kouymjian

Né en 1934 à Tulcea (Roumanie), dans une famille arménienne de nationalité américaine, Dickran Kouymjian a fait ses études à l’Université du Wisconsin, puis des études arabes à l’Université américaine de Beyrouth et a obtenu, en 1969, le premier doctorat en études arméniennes jamais délivré par l’Université de Columbia. Jusqu’en 2008, il a eu une carrière de professeur à Université d’État de Californie, Fesno, comme titulaire de la Chaire d’études arméniennes Haig et Isabel Berberian. Il a également enseigné dans diverses universités américaines, britanniques, françaises (notamment Paris III, l’INALCO), de Beyrouth, du Caire… Il a publié de nombreux ouvrages et articles sur l’histoire et les arts arméniens, notamment The Arts of Armenia (Fondation Calouste Gulbenkian, 1992) et participé au Tribunal Permanent des Peuples sur le Génocide des Arméniens, en 1984.

 

soko

Soko Phay-Vakalis

Née au Cambodge, elle est arrivée en France en 1976. Maître de conférences au Département d’arts plastiques de l’Université Paris 8, elle a publié plusieurs articles et ouvrages sur le miroir, dont Le miroir dans l’art : De Manet à Richter (Paris, L’Harmattan, 2001) et Beyond Narcissus : Le miroir et l’art contemporain (en cours d’écriture pour Adam Biro Éditeur). Elle codirige avec Pierre Bayard le programme « Œuvres mémorielles face à la violence extrême » à la Maison des sciences de l’homme Paris Nord, assure le commissariat de l’exposition « Cambodge, mémoire contemporaine » et dirige l’ouvrage qui l’accompagne. Atelier de création « Vann Nath ― Séra » dans le cadre du second volet du projet « Mémoire, archives et création » (Mac2) au Centre de ressources audiovisuelles Bophana, au Cambodge.

 

Philippe Kalfayan

Juriste-conseil international, chercheur associé au CRDH (Université Paris 2 Panthéon-Assas), et ancien Secrétaire général de la FIDH (Fédération Internationale des Droits de l’Homme), Philippe Kalfayan est spécialisé dans la question du Sud Caucase et de la Turquie. Il a récemment publié aux Editions Pedone « la France et l’imprescriptibilité des crimes internationaux ».

 

lindenberg

Judith Lindenberg

Après une thèse de littérature comparée (Paris 3, 2006), Judith Lindenberg a mené une recherche post doctorale sur les liens entre poésie et politique et l’émergence de la figure de poète témoin après la Shoah (FMS, Centre Marc Bloch, 2007-2009). Elle est actuellement chargée de recherche à l’EHESS au où elle coordonne un projet portant sur « la collection yiddish “la judéité polonaise” (1946-1966) : histoire et mémoire d’un monde disparu » (ANR, 2011-2014). Ses recherches portent sur le monde judéo-polonais au lendemain de la Seconde guerre mondiale et les premiers écrits sur la Shoah. Elle est membre, au Centre de Recherches Historiques, du GRIHL (Groupe de Recherche Interdisciplinaire sur l’Histoire du Littéraire) et du Centre d’Études Juives (CEJ).

Background

Les éditions précédentes

Différents thèmes ont été évoqués lors des 7 précédentes éditions d’Amnésie Internationale à Marseille. Retours sur ces tables ronds et sur les différents intervenants qui ont fait Amnésie.

Janvier 2015

« Guerres et génocides » – Yves Ternon, Claire Mouadian, Gaïdz Minassian.
« Cent ans après, la Turquie hantée par son passé génocidaire » – Taner Akçam, Guillaume Perrier.

Mars 2012

« Les enjeux de la transmission » – Valérie Haas, Hélène Piralian, Esther Mjujawayo, Alban Perrin, Alain Gauthier.
« Vérité et justice : à la recherche de l’humanité perdue » – William Bourdon, Thierry Cruvellier, Frédéric Nevchehirlian, Serge Klarsfeld.

Mars 2010

« Traits de mémoire » – Daphrosa Gauthier, Dominique Mégirard, Ong Thong Hoeung, Ara Toranian, Robert Mizrahi.
« Condamner le négationnisme » – Yves Ternon, Yann Jurovics, Jean-Paul Bret, Alain Gauthier.

Mars 2008

« Génocides, négationnisme : La mobilisation citoyenne » – Robert Guédiguian, Jacky Mamou, Bernard-Henri Levy, Yves Ternon, Jean-Michel Quillardet.

Mars 2006

« La responsabilité des états » – Catherine Coquio, Yves Ternon, Laure Coret, Raymond Kevorkian, Rafaëlle Maison, Marcel Kabanda, Alain Chouraqui.

Mars 2004

« Quelles résistances face au négationnisme » – Ariane Ascaride, Élie Chouraqui, Hiner Saleem, Catherine Coquio, Yves Ternon, Sophie Ferhadjian, Yann Jurovics.

Février 2001

« Le négationnisme et le travail de mémoire » – Michel Wievorka, Catherine Coquio, Madeleine Mukamabano, Marie-Christine Hubert, Clément Yana, Yves Ternon, Gilles Manceron, Michel Marian.

REJOIGNEZ L’EVENT